actualités, sport, évenements, annonces, compétitions

Faire du sport avec une chevillière : que savoir ?

La cheville est une structure hautement articulée, composée d’os, de ligaments, de tendons et de muscles, qui est soumise à une grande variété de mouvements au quotidien.

La plupart des gens, tout au long de leur vie, ont dû faire face à des douleurs dues à des traumatismes tels que des entorses, des lésions ligamentaires, des contusions sportives et d’autres mouvements incorrects qui l’ont empêché de fonctionner correctement.

Les chevillières rigides sport sont idéales pour faire un entraînement intensif et protéger nos articulations qui sont fortement sollicitées lors des séances sportives.

Quelles sont les chevillières pour le sport ?

Les chevillières avec des poids sont des appareils de fitness utilisés comme surcharges pour augmenter l’effort pendant l’entraînement.

Quelle est la fonctionnalité d’une chevillière pour sportif ?

Les chevillières pour faire du sport sont appliquées sur la jambe inférieure, juste au-dessus de l’articulation de la cheville, pour augmenter le poids, et donc la charge, lors des mouvements des membres inférieurs.

L’objectif est d’augmenter le tonus, la force, la résistance ou en tout cas la consommation calorique des muscles impliqués (abdominaux, fessiers, quadriceps et ischio-jambiers, adducteurs, abducteurs) ; tout cela grâce à l’augmentation de la fatigue induite par la surcharge, avec une augmentation conséquente de la fonctionnalité spécifique.

Les applications les plus populaires des chevillières pour activités sportives sont : l’amincissement, la tonification et l’augmentation de la condition physique générale, y compris l’efficacité métabolique.

Utilisation des chevillières sport et de maintien

Ce ne sont pas des vêtements, mais ils doivent quand même être portés ; pour être précis, ils sont appliqués non pas au niveau des chevilles, mais juste au-dessus (avant les malléoles).

L’utilisation la plus appropriée est celle des exercices spécifiques des membres inférieurs, utiles pour entraîner les fléchisseurs et les extenseurs de la cuisse, ainsi que les adducteurs et les abducteurs de la jambe, loin d’être simples mais efficaces, ce sont des exercices visant à stimuler la ceinture abdominale.

Quelle est l’efficacité du sport fait avec des chevillères?

Le sport avec poids cheville offre de plus grands avantages en matière de tonification et de renforcement musculaire, notamment dans les exercices d’isolation de certains groupes musculaires.

Un exemple classique est celui des levés de jambes au sol, qui sont largement utilisés (bien qu’avec des angles d’articulation différents). Elles peuvent également être appliquées à des exercices plus complexes comme les burpees ou à des mouvements d’aérobic classiques comme le fait de toucher le genou avec le coude opposé.

Cependant, il faut savoir que si l’entraînement est orienté vers la perte de poids ou l’endurance fondamentale “spéciale course longue », l’utilisation de chevillières peut réduire la durée de la séance et donc l’efficacité finale.

Sinon, un point non moins important, celui de leur efficacité. Même après une entorse à la cheville suite à un choc traumatisant, vous pouvez continuer à vous entraîner grâce à la chevillière.

Exercices à pratiquer avec une chevillière

Les exercices les plus adaptés à l’utilisation de chevillières sont principalement ceux destinés à développer la ceinture abdominale et les cuisses.

Pour l’abdomen droit, on choisit principalement les exercices suivants :

  • Leg raises : Mettre ses deux mains sous le fessier, et faire monter et baisser les jambes progressivement en suivant des répétitions modérées au début de l’exercice.
  • Leg raise with toe touch : Tenez-vous debout sur votre jambe droite, la jambe gauche légèrement derrière vous, soulevée du sol. Placez vos bras droits sur les côtés à la hauteur des épaules.

Pliez votre jambe droite au niveau du genou et accroupissez-vous pour toucher votre main gauche à la pointe de votre pied droit, puis remontez. Essayez de garder votre jambe en l’air derrière vous tout le temps. Répétez le mouvement avec votre jambe gauche.

Remarque : certains prétendent que ces exercices sollicitent davantage la partie inférieure du rectus abdominis ; le rectus femoris du quadriceps est également fortement sollicité dans ces mêmes exercices. C’est un exercice qui a des avantages pour ceux qui font du sport avec une cheville fragile.

Autres types de mouvements :

  1. Pour le développement des muscles lombaires et fessiers : Hyperextension des jambes, sur un banc spécifique ou au sol
  2. Pour le développement des abducteurs et des adducteurs : élévation latérale des jambes
  3. Pour les abducteurs élévation médiale des jambes
  4. Pour le développement de l’abdomen transverse, on peut effectuer les opérations suivantes : flexions latérales de la hanche et/ou sur un banc
  5. Pour le développement des obliques vous pouvez effectuer : torsion de flexion du bassin, en position couchée.
  6. Pour le développement des obliques, on peut effectuer les opérations suivantes : Flexion-torsion du bassin, en position couchée.
  7. Pour le développement des fesses, on peut effectuer les opérations suivantes : extensions des cuisses et des jambes, en position couchée (genoux et mains au sol).

Erreurs à éviter avec l’usage des chevillières

L’utilisation la moins appropriée des chevillières est son port pendant la course à pied, en particulier la course d’endurance. Aussi en cas d’inflammation de l’aine (pubalgie) ou de surmenage du grand muscle psoas (perçu comme une douleur lombaire) l’usage des chevillières est à bannir.

Il convient également d’être très prudent lors de certains exercices, où un mouvement incorrect, déjà à l’origine d’événements peu favorables, peut être aggravé par une surcharge des chevilles déjà fragilisées par des traumatismes antécédents.

Mauvaise utilisation et blessures possibles avec les chevillières

Toutefois, à part les abrasions par frottement qui sont aussi fréquentes, il convient d’être très prudent dans l’utilisation des chevillières, car une mauvaise manipulation peut en fait augmenter le risque de blessures (généralement mineures) ou d’aggravation des troubles : muscles et tendons de la ceinture abdominale – de la cuisse et de la jambe – articulations fémorales et de la hanche – genou et cheville, surtout en présence de pathologies existantes telles que l’arthrose ou l’arthrite).